Sod

Dans cette série, mon mode opératoire est toujours le même. Je commence par mettre en confrontation plusieurs sources iconographiques précisemment choisies, dont les origines et les identités sont éloignées (par exemple, une scultpure de Camille Claudel, une vue d’exposition contemporaine, un cactus de mon atelier). Ces formes, je les reprends avec plus ou moins de fidélité. Cette copie non conforme permet de les comprendre et d’introduire une dialectique. Je situe ainsi mon travail dans une communauté d’artistes d’horizons et d’époques extrêmement différent. La mise en scène fait partie intégrante du travail, elle réactive ces ruptures de style et de genres et pointe du doigts la charge narrative des oeuvres. Les mises en scènes étranges qui en résultent sont chargées de symbolique et de connotations, décors destinés à incarner la projection du spectateur.

Le nom de la série «sod» signifie «secret» en hébreu.

Oleh ha malah mevorah (Il marche l'ange qui est béni) , Posca sur toile, 50x50cm, 2018
Sod 1, Posca sur toile, 65x80cm, 2017
Sod 2, Posca sur toile, 40x50cm, 2018
Sod 3, Posca sur toile, 46x38cm, 2018
BaBayit Icha, Acrylique sur toile, 50x50cm, 2018
Sod 4 (Sarim), Posca et acrylique sur tapisserie, 80x52cm, 2018
Boarfest, Acrylique sur tapisserie, 75x35cm, 2017