Rosh ראש

Ces cinq langues que je parle, lit et écrit – ces fractures et paradoxes familiaux –

L’écrivain Amos Oz se demandait d’où venaient nos idées? Si l’on apportait une nouveauté dans le monde, ou si l’on ne faisait que retraduire et réinterpréter sans cesse, reconstruire ce qui avait déjà été dit avant nous? Je m’accorde à sa pensée qui suggère que nos idées ne sont pas les nôtres, mais procèdent toujours du rayonnage de nos bibliothèques intérieures, et des langues que nous parlons. On ne fait qu’emprunter à d’autres des idées qu’on reformule. Ma démarche s’inscrit dans la problématique d’une distinction entre croyance et réalité, c’est à dire sur les mythologies incontournables que l’on fabrique sur nous-mêmes et sur les autres. 

« L’imagination n’existe pas. Il n’y a que ces empreintes collectives que laisse le troupeau humain, et qui ne sont pas plus inventées que les traces des sabots des cerfs » A propos de l’utile et du religieux, J.M.G Le Clézio.

Fragments de Tel Aviv

 

שמן 44 (Shemen 44), Oil on canvas, 50x30cm, 2019
זיכרון מרכז היידיש (souvenir du centre yiddish), Acrylique sur papier canne à sucre, A3, 2019
אָדָם וחווה (Adam et Eve), Acrylique sur papier brun, A3, 2019
לילה נפלא בנאות הכיכר (Layla nifla beNehot Hakikar), Acrylic on brown paper, A3, 2019
אֵֽשֶׁת חַֽיִל (Echet Hayil), Chinese Ink and Colored pencils on brown paper, A3, 2019
חי (Hai), Colored pencils on brown paper, A5, 2019
ישמחו (Ismehu), Chinese Ink and Colored pencils on brown paper, 20x8cm, 2019
AJC Ceremony, New Jersey USA, May 2019, Gift for Genesia Kamen
AJC Ceremony, New Jersey USA, May 2019, Gift for Genesia Kamen
AJC Ceremony, New Jersey USA, May 2019, Gift for Genesia Kamen